.tel fausse bonne idée ?!

Le .tel est le dernier né des TLD approuvé par l’ICANN et mis à disposition sur Internet. Et, comme de juste, il fait beaucoup parler de lui ces jours. Déjà parce qu’il n’est disponible que depuis le 24 mars dernier et parce qu’il est d’un genre très particulier. En effet, là où un TLD classique comme le célèbrissime .com ou un non moins célèbre .net pointera typiquement sur un site web, le .tel quand à lui ne pourra pointer que sur une carte de visite personnelle… Alors certes, une carte de visite dynamique (on pourra lui ajouter et/ou lui ôter des informations à la volée), et très complète – on parle même de « fiche d’identité personnelle » – et dont vous pourrez également choisir qui pourra consulter telle ou telle donnée de votre carte. Le .tel est ainsi un ensemble comprenant un nom (via telnic), une sorte d’hébergement pour votre fiche (via telhosting) et un carnet de vos « amis » (via telfriends)

Alors, l’idée de départ est franchement intéressante. Avoir un endroit facile d’accès, permettant de centraliser ses différentes coordonnées (plus ou moins publiques), les adresses de ses différents profils de réseaux sociaux, de blogs, etc. Proposer le tout sous forme de vCard exploitable par les clients de messagerie et les téléphones mobiles. Bref, une carte de visite numérique complète, c’est vrai que c’est plutôt alléchant. Le tout en redonnant un peu de disponibilité à des noms déjà complètement épuisés en .com, .info, .name et j’en passe.

Maintenant, plusieurs choses me dérangent fortement moi avec ce .tel. Déjà le fait que je ne puisse pas héberger cette fiche dans un espace que je contrôle et qui m’est propre… En gros, avec un .tel vous stocker toutes vos données chez telnic (si j’ai bien tout compris) et pas chez vous. Personnellement, c’est le genre de trucs que j’apprécie assez peu. Que la possibilité me soit offerte pour me simplifier la tâche / m’éviter d’investir dans du hosting, okay. Qu’elle me soit imposée sans choix du prestataire, bof non merci. La sécurité dudit prestataire ensuite me dérange un peu pour le genre d’info qu’on va donc y stocker. En effet, seul un mot de passe alphanumérique (sans caractère spéciaux) protège votre compte sans possibilité apparente d’opter pour une solution d’authentification forte. Désolé mais vu que c’est aussi vendu pour du business, ça me parait très très limite comme façon de « protéger nos données ». Surtout quand on met cet argument en gros sur les sites promotionnels pour le .tel. Enfin, le dernier point (qui lui me fait carrément rire je dois dire) est que les données publiées sur une page .tel le sont en clair dans le code de la page. En gros, c’est le paradis total pour spammers en herbe et autres êtres encore moins bien intentionnés. Encore mieux que Facebook et MySpace réunis ce truc quelque part. Non, ce qui me gêne vraiment le plus en fait, c’est cette fermeture totale du système obligeant à centraliser chez un pair de confiance (enfin si on peut dire, vu qu’on a pas le choix) ses coordonnées personnelles. Et pour moi, ça, c’est tout le contraire du principe d’Internet mais bon, ça doit être mon côté « vieux con » ;-)

Pour moi, actuellement, le .tel aurait pu être une bonne idée qui est « plombée par concept » et cette extension ne m’enthousiasme guère je dois dire. Alors oui je me suis réservé des domaines (ceux correspondant à mon nom de famille et celui de mon épouse) mais pas pour m’en servir, à priori. Tant que le système sera aussi fermé et « obscur », ils seront juste parqués, au chaud.

Voilà, alors je ne sais pas comment vous, vous abordez ce .tel. Si vous avez des éclaircissement à m’apporter, je suis preneur. Honnêtement, ça me parait tellement gros que j’ai l’impression d’avoir raté un truc important dans les vidéos de promo ;-) Bref, ça vous évoque quoi tout ça ? Allez-vous publier votre vCard sur un .tel ou préférerez-vous des moyens promotionnels plus personnalisés et plus « propres » ?

PS: je ne file pas les liens vers les différents services pour les .tel cités dans cet article pour la bonne et simple raison que les moteurs de recherche ne donnent pas actuellement assez de poids à un rev-vote-against à mon goût ;-)

Continuez votre lecture

25 commentaires

Jérémy a dit le 31 mars 2009 à 22:08

Suite à la lecture de ton article, je sens que je vais faire comme toi, un .tel pour mon nom et il sera parqué… J’hésitais à m’en servir mais bon bof en effet… Sans doute plus tard…

Avec un blog, c’est le genre de coordonné que tu peux aussi passer dans une page « à propos » ou sur un « site » à part, comme je pense faire avec « v-jeremy.net ». Mais bon, demain je réserve un domaine à mon nom ;)

Merci pour ta réflexion ;)

RépondreRépondre
Fred a dit le 31 mars 2009 à 22:49

Ouaip, comme je te l’ai dit sur Twitter, ce .tel me laisse aussi un goût bizarre dans la bouche. Comme toi, j’ai été surpris d’apprendre chez Sylvain que les données étaient exposées en clair. Dans ce contexte, inutile de dire que les robots spam vont se faire un grand plaisir d’analyser tous les domaines en .tel pour se constituer une bonne grosse base utilisateur. Et dans le lot, si on a forcément les adresses mails, on a aussi parfois des numéros de téléphone et ça c’est quand même très mauvais.

C’est quand même dommage, l’idée avait pas mal de potentiel. En étant un peu mieux foutu que ça, elle aurait même pu s’avérer très novatrice.

Perso, je n’ai réservé aucun .tel.

RépondreRépondre
Glabou a dit le 1 avril 2009 à 0:19

Le concept est une bonne idée.
Mais peut-être cela concerne plus les entreprises ? Je ne sais pas.
Afficher un site web, ok. Une adresse mail, bonjour le spam, mais le téléphone…?

Merci Burn, je n’avais pas pensé au hosting, et effectivement, ça fait réfléchir.
Est-ce un truc de geek ?
C’est bien sympa, mais les 36000 Pierre Martin, il font comment pour avoir un .tel ?

Après coup, l’idée géniale …. plus si géniale que ça en fait.

RépondreRépondre
burningHat a dit le 1 avril 2009 à 9:00

@Jérémy : De rien… C’est clair que c’est tout à fait le genre de trucs qu’on peut stocker ailleurs quand on a déjà un blog à soit ou autre.

@Fred : Yep ça me laisse aussi un goût très bizarre. À la réflexion même, je me demande pourquoi un truc comme ça n’implémente pas des protocoles OAuth/OpenID pour l’authentification, FOAF pour la gestion des contacts décentralisés, etc. Bref, ça se veut moderne et hype et ça se retrouve totalement archaïque et fermé.

@Glabou : Bof, j’aurais tendance à dire « encore moins pour les entreprises » perso. Quel intérêt pour une entreprise franchement quand une simple reprise des data LDAP permettrait de faire la même chose, en mieux, en vraiment sécurisé (je reste « gérant » de mes données) et sur le site de l’entreprise (qui sera à priori déjà plus connu qu’un obscur .tel qu’on viendrait greffer à la structure) ?

Un truc de geek ? Bof, de web-entrepreneurs 2.0 plutôt, et encore :-p Un geek peut mieux faire et par lui-même :-) Pour les Pierre Martin, écoute, moi un truc qui me fascine c’est qu’IRL ça fait bien longtemps qu’on sait qu’un nom ne peut pas être unique et qu’on associe systématiquement une personne à un ID (alpha)numérique. Sur le net, ou à priori tout est identifié de façon unique par un identifiant quelconque on veut absolument foutre des alias en mot sachant que ça conduit systématiquement à une pénurie de noms et à léser une très grande partie des demandeurs aux profits d’un petit groupe qui aura simplement su se servir en premier. C’est totalement idiot à mon humble pour de la gestion et de la publication d’identité…

Je dirais que sous des airs de bonnes idées, le .tel ne cache finalement qu’un business-model bancal et franchement idiot. Ce qui me désole c’est qu’il ai reçu la bénédiction de l’ICANN pour ça.

RépondreRépondre
Jean-Sébastien Mansart a dit le 3 avril 2009 à 9:56

Il y a quelques temps, je cherchais une façon de refaire mon site http://www.js-zone.net un peu plus moderne, j’étais tombé sur http://www.eclaireur.net/innovation/developpement-site-internet-tendance-business-carte/ et ça me plaisait pas mal.

Quelques semaines plus tard, j’entend parler du .tel du coup, je réserve vite fait mon nom, et je fais un test : http://jean-sebastien.mansart.tel

Il y a plusieurs trucs qui me dérangent :
- le mot de passe (comme tu le dis) me parait un peu léger
- obligé de passer par une plateforme pour saisir les données (bon, en même temps comme ça, tout le monde saisie les données de la même manière)
- pas de choix d’hébergement
- impossible de modifier le style, le design de la page

Sinon, y’a de l’idée. Je pense que je referai quand même ma page sur js-zone.net…

RépondreRépondre
burningHat a dit le 3 avril 2009 à 11:39

@Jean-Sébastien Mansart : Yop la page de l’eclaireur aussi m’avait plu (j’avais chopé l’URL suite à ton twitt d’ailleurs si je me souviens bien) et avais eu exactement la même réflexion que toi. Et je vois qu’on croche sur les mêmes aspects du concept du .tel.

RépondreRépondre
Morgan a dit le 5 avril 2009 à 18:52

Perso je vois même pas l’intérêt de réserver son .tel… J’ai le .fr de mon nom de famille, c’est amplement suffisant. :)

Puis au vu de l’article, je ne risque pas de m’y attarder longtemps, merci Manu pour ce récap ;)

RépondreRépondre
burningHat a dit le 5 avril 2009 à 19:04

@Morgan : De rien pour le récap… Bah libérer des noms est « important » puisqu’on s’escrime à apprécier d’avoir son nom à sa dispo (c’est humain) et que la loi du premier arrivé/premier servi créée énormément de lésés en fait. Mon nom de famille par exemple est très répandu au niveau mondial mine de rien (comme quoi hein) et bah tu peux être sûr que chaque nouvelle extension a été vendue en un rien de temps à chaque fois et jamais (ou très rarement) remise en circulation plus tard.

RépondreRépondre
Morgan a dit le 5 avril 2009 à 21:13

Certes dans ce cas c’est plus justifié :) J’ai pour ma part la chance d’avoir un nom pas trop commun/intéressant ;)

RépondreRépondre
Jean-Sébastien Mansart a dit le 6 avril 2009 à 10:04

Il faut aussi espérer que les fonctionnalité du .tel évolue dans le futur…

RépondreRépondre
br1o a dit le 20 avril 2009 à 14:37

Je partage les réticences concernant la sécurité du mot de passe et le fait que les données ne soient pas cryptées dans la le code source. Ceci dit, ça ne devrait pas être trop difficile de faire évoluer le bouzin dans ce sens si on est nombreux à le demander gentiment ;)

En revanche, le fait de ne pas avoir le contrôle de l’hébergement est pour moi un plus car le .tel n’a un réel intérêt que s’il est largement diffusé. A la limite, sinon un .name ou n’importe quelle autre tld fait bien l’affaire, et effectivement autant développer son bidule dans son coin.

RépondreRépondre
burningHat a dit le 20 avril 2009 à 14:45

@br1o : yop oui et non… C’est ne pas avoir le choix de l’hébergement qui est disqualifiant à mon avis (et assez contraire à la logique d’Internet et surtout au niveau d’un TLD). On pourrait très bien imaginer une page toute faite comme actuellement pour en faciliter la diffusion et la possibilité de gérer l’enregistrement vers son DNS et d’héberger soi-même sa page si on le veut (pour ceux qui aiment les microformats bien formés, les parano de la sécu, les geeks qui s’auto-hébergent, etc.).

Ce qui me gêne avec le .tel c’est qu’il est vraiment truffé de choix arbitraires et mercantiles, manque totalement de transparence et, par ses limitations lourdes, est très contraire à ce que l’AFNIC aurait du défendre.

RépondreRépondre
br1o a dit le 21 avril 2009 à 23:21

@burningHat : oui, si je comprends bien ton point de vue, le .tel pourrait se réduire à un service internet standart où les usagers se logueraient pour mettre leurs coordonnées.

Mais le génie du .tel, c’est justement d’avoir créer un business model presque captif si on considère que personne ne voudra lâcher son username à quelqu’un d’autre.

Voilà pour l’aspect commercial qui ne m’intéresse que par la bande (pour le geste). Mais ce qui est bien, c’est que si ç’avait été un service internet 2.0 comme les autres, il n’aurait pas pu être payant, il y aurait bcp de concurrence et il y aurait eu moins de publicité.

Du coup, les données personnelles n’auraient pu être aggrégées aussi facilement et on aurait perdu le côté annuaire global et l’intérêt du bouzin en même temps.

RépondreRépondre
Fred a dit le 21 avril 2009 à 23:25

@br1o : Certes, le business model est plutôt bien ficelé, mais il n’empêche que le concept reste quand même super limité. Une fois ton .tel créé, toi et ton identité numérique restez captifs d’une société privée. Normalement, quand tu achètes un nom de domaine, tu peux en profiter comme tu l’entends. Là, tu passes par un prestataire sans avoir aucune alternative. Perso, je trouve ça limite illégal (ou plutôt amoral).

RépondreRépondre
br1o a dit le 22 avril 2009 à 10:16

@Fred : Je suis assez partagé sur ton point de vue concernant le fait d’être captif d’une société privé. D’un côté, j’ai envie de te dire « ouai, c’est vrai » et de l’autre, je me dis que finalement, le contenu déposé sur un .tel, n’est pas si différents des informations collectées par France Télécom pour les Pages Jaunes.

Après, je comprends que le côté « propriétaire » du truc puisse être gênant, mais je me demande si l’habitude de ne plus être obligé de sortir le porte-monnaie sur le web, ne nous rend pas trop méfiant vis-à-vis des pratiques commerciale légitimes.

RépondreRépondre
burningHat a dit le 22 avril 2009 à 10:35

@br1o : Mmm c’est intéressant de le voir comme un « simple web service comme un autre », j’avoue ne pas l’avoir approché ainsi du tout. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce n’est pas une simple société « dotcom » mais bien un package tout-en-un liant un TLD et un prestataire de service. Là où les télécoms ont leurs sites en .fr, .ch, etc. De là à l’assimiler à de la vente liée comme Fred, il y a effectivement un pas très facile à franchir.

Honnêtement, ouvrir la possibilité d’hoster son .tel où on le désire et rendre la liberté aux utilisateurs de choisir de mettre celles-ci chez le prestataire « officiel » ou ailleurs ne rendrait en aucun cas l’indexation plus facile ou plus difficile car de toutes façons ils peuvent interroger les DNS. De plus, business model actuel repose sur le prix du nom de domaine donc je ne vois même pas en quoi ça les auraient empêché de faire du cash contrairement à ce que tu disais (la preuve c’est qu’un .tel a un tarif pas très éloigné que n’importe quel autre domaine).

Définitivement non, je ne pense pas que laisser l’utilisateur libre de gérer son .tel aurait forcément remis en cause l’intérêt du .tel (on aurait pu indexer directement depuis les enregistrements DNS par exemple et entre autre) ni le business model de telnic…

RépondreRépondre
br1o a dit le 22 avril 2009 à 10:57

@burningHat :
« Je ne pense pas que laisser l’utilisateur libre de gérer son .tel aurait forcément remis en cause l’intérêt du .tel »

Qu’est-ce que tu entends par gérer sont .tel librement, exactement ?

Sinon je reste persuadé que si une société du nom de pointel.com avait voulu créer un annuaire payant pour les professionnels et les particuliers, on aurait tous rigolé très fort ;)

RépondreRépondre
burningHat a dit le 22 avril 2009 à 11:02

@br1o : j’entends par là me rendre les clés du DNS pour que je puisse faire pointer mon .tel partout ou je veux, genre sur mon serveur, créer ma vCard (valide, parce qu’au passage celles du .tel sont mal formées) et ma fiche comme je le souhaite, etc.

On est d’accord pour la société pointel.com mais ça n’empêche pas selon moi que si l’idée du telnic est très bonne, l’application, les choix techniques et le côté privatif (au sens FSF du terme) furent pertinents, intelligents, efficients. D’autant que ça n’aurait pas remis en cause le business model car comme je le disais, la source de revenue est l’enregistrement et la location du nom, pas l’hébergement des données….

RépondreRépondre
François Amigorena a dit le 24 avril 2009 à 23:50

A mon humble avis, un des intérêts majeurs de .tel réside justement dans cette garantie d’uniformité qu’offre le fait qu’il n’est pas possible à un utilisateur de « personnaliser » son .tel, sauf dans le cadre (strict, c’est vrai) imposé par Telnic : choix des informations de contact, création de sous-répertoires, etc.).

Ce formatage rigide est sans doute indispensable au bon fonctionnement du futur annuaire TelPages, comme à celui d’applications du type My.tel ou SuperBook pour iPhone, ou le plugin pour Blackberry, ou celui pour Outlook, et garantit « l’universalité » du concept.

Quant à .tel et au spam, j’ai écrit un billet à ce sujet ici :
http://www.toutpointtel.fr/index.php/743/tel-et-le-spam-mythes-et-realite/

RépondreRépondre
burningHat a dit le 25 avril 2009 à 10:24

@François Amigorena : Le « formatage rigide » n’est indispensable en rien vu que le format vCard tel qu’implémenté sur les pages .tel n’est pas parfaitement bien formaté et pêche avec certains téléphones du coup (alors que celui-ci est largement pré-existant, documenté et répandu depuis des années aussi bien sur le net que dans les appareils mobiles). Ne pas respecter des microformats largement plébiscité depuis longtemps par des acteurs majeurs du net, ne pas implémenter correctement la norme des vCards et vouloir « garantir l’universalité du concept », bah on est mal barré à mon avis !

J’ai lu le-dit billet sur le spam qui compare les gens prudents et réfléchissant à leur vie privée à des bigots, joli… Réducteur et simpliste, oubliant largement les crawler de spammers qui tournent déjà sur le net et qui récoltent déjà facilement leur lot d’adresses mails sans qu’on leur facilite la tâche encore plus en mettant une bannière monnom.tel pour tracer la voie par contre. Mais joliment écrit… Ah pis passant sous silence évidemment tous les autres problèmes de sécurité de concept (mot de passe « simple » pour protéger les comptes, logon non-sécurisé, etc.).

Après, comme je le dis, le problème du .tel n’est que l’application telle quelle est actuellement faite qui est dommageable. Le concept lui, était est très bon. Malheureusement, ce premier point n’en fait plus qu’un business conceptuellement moche AMHA. Pour le reste, « wait & see », peut-être qu’ils feront évoluer le bousin intelligemment.

Un bigot qui vous salue bien…

RépondreRépondre
François Amigorena a dit le 26 avril 2009 à 15:34

Désolé pour le « bigot » burningHat, personne n’était visé directement par ce vocable, il s’agissait juste d’une figure de style (je me laisse parfois emporter par mes penchants historico-littéraires) …

Pour les crawlers, je pense qu’ils ont hélas atteint un niveau de perfectionnement tel qu’ils n’ont pas besoin qu’on leur trace une quelconque voie, ils la trouvent malheureusement tous seuls comme des grands, que ce soit sur une page .com, .fr, .truc ou .tel …

Les autres problèmes de sécurité, et en particulier ceux concernant l’authentification TelHosting, étaient passés sous silence uniquement car ils ne concernaient pas le sujet du billet, exclusivement consacré au .tel et au spam.

Je vous rejoins d’ailleurs à 100% sur la nécessité d’élever au maximum le niveau de sécurité d’accès à TelHosting et j’ai eu hier soir un échange à ce sujet avec Henri Asseily (CTO Telnic) qui m’a promis de revenir vers moi avec des infos détaillées la semaine prochaine : je les partagerai volontiers ici.

No hard feelings …

RépondreRépondre
burningHat a dit le 26 avril 2009 à 16:51

@François Amigorena : Je ne me suis pas senti personnellement agressé par le « bigot », mais j’aime bien rebondir sur les points d’ancrage qu’on m’offre… Sans rancune donc ;-)

Bien content que nous nous rejoignons sur le thème de la sécurité d’accès et d’authentification de Telhosting. Je suis évidemment preneur des infos concernant les évolutions apportées à ce niveau-là (et d’éventuelles améliorations apportées au formatage des données).

Bonne fin de week-end.

RépondreRépondre
fredou a dit le 1 mai 2009 à 2:40

Il ne faut pas en faire tout un plat !

RépondreRépondre
burningHat a dit le 1 mai 2009 à 10:13

@fredou : merci pour cette remarque ô combien pertinente…

RépondreRépondre
Mr Blog a dit le 20 mai 2009 à 11:59

En fait le mieux c’est de voir à l’usage ce que çà va donner ce .tel :)

RépondreRépondre